Vous êtes ici : Accueil > Dispositifs > Foire aux questions /// Semaine de la presse
    JPEG - 26.5 ko

    28e Semaine de la presse et des médias dans l’école
    20-25 mars 2017

    Les questions qu’on se pose, trouvent une réponse

    Le CLEMI national organise, chaque printemps, au mois de mars, son événement phare : la Semaine de la presse et des médias dans l’école.

    Les enseignants de tous niveaux (écoles, collèges, lycées, classes préparatoires éventuellement) sont invités à y participer en amenant leurs élèves, dans une optique d’éducation citoyenne, à découvrir, analyser, comprendre le fonctionnement des médias d’information. Ils développent un goût pour l’actualité la plus « chaude », un jugement critique sur les événements, les actes et les dires du monde, se forgent une autonomie et une identité, aidés en cela par leurs équipes enseignantes.

    Qui sont les partenaires du CLEMI national ? : Les éditeurs de presse. Ils offrent plus d’un million de journaux et de magazines. Près de 1900 médias s’inscrivent chaque année à l’opération. Le Groupe La Poste est un partenaire essentiel à la réussite de l’événement. Sa filiale STP (Société de Traitement de Presse) se charge de la préparation des 45 000 colis à destination des établissements scolaires, qui sont ensuite acheminés et distribués par les facteurs vers les établissements scolaires.

    · Votre contact : l’équipe de la Semaine de la presse, au siège du CLEMI national
    (Se rendre sur le site national et le module consacré à la Semaine)

    · Une circulaire officielle de la 27e Semaine de la presse et des médias dans l’école® nationale et académique paraîtront prochainement.

    · Le thème ?

    "La liberté d’expression, ça s’apprend !" est le nouveau thème retenu.

    Il permet d’aborder la question des modalités de diffusion de l’information et invite à s’interroger sur la multiplicité des supports et des formats. Il pose également implicitement la question de la formation des journalistes. Actuellement, aux Etats-Unis, tout journaliste embauché dans une entreprise médiatique signe pour faire du texte, de la radio, de la télévision numériques.

    Les dates d’inscription des établissements, les deux phases de commande des paniers seront indiqués en temps et heure. L’essentiel est que vous ne ratiez pas l’inscription et la commande des colis pour vos classes.

    Des questions ? Ci-dessous, celles qui sont posées le plus souvent et les réponses adéquates

    De quoi ai-je besoin ?

    L’inscription est gratuite, il faut juste se munir du code de son établissement dit RNE (il comporte 8 caractères) et d’une adresse internet valide. Si vous ne connaissez pas le numéro RNE de votre école ou établissement, consultez le répertoire national des établissements : http://rne.education.gouv.fr

    Qui peut s’inscrire et peut-on inscrire plusieurs fois un établissement ?

    Tout le monde peut s’inscrire à la Semaine de la presse, au sein d’une école, d’un établissement ou d’un centre de formation en se connectant sur le site du CLEMI national. En effet, toutes les disciplines sont concernées par l’éducation aux médias (voir la place prise maintenant par l’éducation aux médias dans les programmes). Une seule inscription par établissement est prise en compte, si plusieurs enseignants veulent recevoir des journaux. Il faut donc une concertation, et même une synergie, pour établir une liste commune des exemplaires souhaités.

    En effet, même si chaque année la presse offre davantage d’exemplaires (1 581 611 exemplaires en 2010 !), le nombre d’inscrits ne cesse de croître (plus 16 592 en 2010 par rapport à l’année précédente) et ne peut être immensément expansible étant donné la situation économique parfois difficile de la presse écrite.

    J’ai raté la date ! Que puis-je faire pour avoir des journaux ?

    Si vous avez raté la période d’inscription, la première chose à faire est d’écrire aux titres souhaités en expliquant votre projet pédagogique. Parfois, les coordonnateurs académiques peuvent dépanner avec quelques lots. Attention, dans ce cas, le nombre de journaux est très limité et le transport ne saurait être pris en charge par le CLEMI

    A quoi cela sert-il de s’inscrire ?

    Outre le matériel pédagogique envoyé par le CLEMI à l’issue de votre inscription, s’inscrire à la Semaine de la presse et des médias dans l’Ecole vous permet de recevoir gratuitement au mois de mars un exemplaire des journaux et magazines que vous aurez choisis parmi les quelque 700 titres inscrits. Des accès gratuits à certains sites sont également offerts aux inscrits par les médias tels que le Monde, l’AFP, Médiapart…

    Puis-je faire venir un journaliste et comment ?

    Dès la fin décembre la liste des médias participants à la Semaine est en ligne sur le site du CLEMI national. Vous pouvez alors directement contacter les responsables pédagogiques de l’opération au sein des médias. Sachez cependant que les journalistes sont très sollicités pendant cette période, il vaut donc mieux s’y prendre le plus tôt possible.
    Rien ne vous empêche de contacter, dès le début de l’année scolaire, les médias locaux que vous souhaiteriez voir intervenir auprès de vos élèves. La Documentation française édite un annuaire des médias le « Mediasig » dont l’accès devrait être gratuit pour tous les inscrits à la Semaine durant le mois de mars.

    Travailler plus longtemps sur la Semaine de la presse… est-ce au programme ?

    Dans la mesure où les activités que vous souhaitez mener répondent aux objectifs des programmes scolaires, vous pouvez tout à fait prolonger la Semaine de la presse dans votre classe, sous forme de séquence, avec l’accord toutefois de votre IEN ou chef d’établissement s’il s’agit d’inviter des professionnels des médias.

    Inscrite sur la liste officielle des actions éducatives diffusées par le Ministère de l’Éducation nationale, la Semaine de la presse fait partie intégrante des programmes scolaires. Elle fait d’ailleurs l’objet, chaque année, d’une circulaire signée par le ministre au Bulletin officiel de l’Éducation nationale, qui rappelle les enjeux et objectifs de l’opération. La Semaine peut mobiliser l’ensemble des disciplines de la maternelle à la terminale comme en atteste la place de l’éducation aux médias dans les programmes et dans le Socle commun de connaissances et de compétences.

    J’aimerais travailler sur la presse… mais je ne sais pas comment…

    Le CLEMI est là pour vous accompagner dans vos projets et pour vous aider à trouver des idées qui correspondent à vos projets pédagogiques. Vous trouverez sur le site du CLEMI des vidéos relatant des projets menés dans le cadre de la Semaine de la presse ; vous pouvez également consulter les fiches pédagogiques. Enfin, sachez que moins de 15 jours après votre inscription vous recevrez un dossier pédagogique. Des formations plus ou moins nombreuses sont offertes chaque année par les CLEMI académiques, n’hésitez pas à prendre contact avec le coordonnateur de votre académie.

    Comment faire connaître le dispositif que je mets en place avec mes élèves ?

    Il existe plusieurs façons de valoriser le travail fait dans les établissements pendant la Semaine de la presse et des médias dans l’école. Vous pouvez tout d’abord envoyer un message au coordonnateur académique du CLEMI (voir la liste sur le site du CLEMI) qui recense toutes les initiatives originales dans son académie. Le coordonnateur du CLEMI pourra ensuite proposer, avec votre accord et celle de votre chef d’établissement ou IEN, un reportage sur l’action menée.

    Le cahier d’évaluation en ligne que tout inscrit est invité à compléter à l’issue de la Semaine de la presse permet également de décrire précisément le travail mené. Chaque cahier est lu attentivement et exploité afin d’améliorer l’opération. Certains éléments pourront alors être repris dans la synthèse académique voire dans la synthèse nationale éditée à 2500 exemplaires.

    J’aimerais savoir ce qui s’est fait autour de moi, par les autres

    Chaque année, le CLEMI édite un rapport national où figure le bilan fourni par chaque académie. Ces rapports sont en ligne.

    Qu’est-ce que le CLEMI peut me fournir comme prestation ?

    Le CLEMI, organisme qui dépend de l’éducation nationale, n’est pas un organisme prestataire qui peut fournir une animation clé en main aux enseignants. En revanche, le coordonnateur académique (voir la liste) est là pour accompagner les enseignants dans leur travail sur les médias et conseiller sur des projets. Par ailleurs, de nombreuses ressources sont disponibles sur le site du CLEMI.

    Je n’arrive pas à me connecter à des sites comme l’AFP, par exemple… Comment faire ?

    Les offres des partenaires débutent pour la plupart le 1er mars. Dans certaines académies, les serveurs SLIS (Serveurs de communications Linux pour l’Internet Scolaire) organisent la connexion à Internet dans les établissements scolaires. Ce système de protection vous empêche peut-être de vous connecter, vous devez donc contacter le responsable TICE afin qu’il configure le SLIS afin d’autoriser l’accès vers certains sites.

    Quand recevrai-je les journaux ?

    Dès le vendredi précédent la Semaine, vous recevrez les mensuels et les trimestriels, le premier jour de la Semaine de la presse, le lundi au plus tard, vous recevrez les hebdomadaires et les quotidiens.
    NB : les quotidiens reçus sont datés du lundi précédent la Semaine.

    Comment recevoir une affiche de la Semaine de la presse ?

    Chaque inscrit reçoit automatiquement moins de 15 jours après la date de son inscription trois affiches de la Semaine. L’affiche est également téléchargeable sur le site.

    Comment se former à l’éducation aux médias pour réussir la Semaine ?

    Chaque année, dans les académies, des offres de formation sont proposées aux enseignants. Pour connaître ces formations, consultez le plan académique de formation (inscription au printemps) sur le site académique ou contacter directement le coordonnateur académique du CLEMI (voir la liste des coordonnateurs académiques sur le site du CLEMI).

    Se peut-il que je ne reçoive pas les journaux que j’ai demandés ?

    Pour participer à la Semaine de la presse, les éditeurs doivent prévoir longtemps à l’avance des tirages supplémentaires à envoyer aux écoles et établissements. Il arrive parfois que certains éditeurs oublient de tirer davantage d’exemplaires et se trouvent donc démunis au moment de l’envoi aux établissements. Sur les 700 publications inscrites, le CLEMI a pu constater qu’environ une dizaine de titres manquent chaque année à l’appel.

    Pourquoi ne reçoit-on pas des exemplaires de la presse étrangère ?

    Unique au monde, la Semaine de la presse et des médias dans l’Ecole est la plus grosse opération du système éducatif. Ce sont les éditeurs français qui offrent les exemplaires de journaux et magazines et paient une partie de l’acheminement dans les écoles et établissements scolaires afin de faire découvrir aux jeunes le plaisir de s’informer, de comprendre le monde qui les entoure. Les éditeurs de presse étrangers connaissent peu ou mal cette opération, il est donc difficile de les mobiliser. Cependant, certains titres allemands, espagnols, suisses et britanniques participent en offrant quelques milliers d’exemplaires.

    Pourquoi les numéros de certains exemplaires sont-ils « « périmés » » ?

    Les éditeurs de presse paient deux fois pour participer à la Semaine de la presse et offrir des exemplaires aux écoles et établissements scolaires. Ils paient une première fois le tirage supplémentaire et une seconde fois pour la prise en charge de l’acheminement des exemplaires dans les établissements. Même si le CLEMI rappelle chaque année aux éditeurs d’offrir du papier frais, parfois, pour des raisons économiques, les éditeurs piochent dans les stocks d’invendus pour alimenter la Semaine. Si l’enseignant l’exploite, ce désagrément peut devenir un levier pédagogique intéressant : « Qu’est-ce qui, dans ce magazine est encore d’actualité aujourd’hui ? » ; « Certains faits se sont-ils révélés inexacts depuis ? », « Quels sont les articles périmés » ? …

    Pourquoi certains titres ne sont-ils plus disponibles dès le deuxième jour ?

    Les éditeurs de presse offrent un nombre variable d’exemplaires, de 500 à 99 000 (le nombre moyen d’exemplaires offerts par titre étant de 2300). Chaque année, nous essayons de convaincre les éditeurs d’offrir plus d’exemplaires aux 15 000 inscrits.

    Pourquoi travailler en mars, alors qu’il y a d’autres manifestations nationales ?

    La Semaine de la presse et des médias dans l’Ecole existe depuis 27 ans, afin que toutes les académies puissent y participer, la date choisie par le groupe de pilotage se situe le plus souvent fin mars. Chaque année, au mois de juin, le ministère de l’Éducation nationale publie le calendrier officiel des actions éducatives qui retrace l’ensemble des opérations pour l’année suivante :http://www.education.gouv.fr/cid53846/mene1022891n.html
    et sur le site du CRDP d’Aix-Marseille, un calendrier des manifestations à l’usage des établissements scolaires :
    http://eprofsdocs.crdp-aix-marseille.fr/Petit-aide-memoire-des.html

    Existe-t-il une évaluation de la Semaine de la presse et des médias dans l’Ecole ?

    Chaque année, les enseignants inscrits sont invités à renseigner un cahier d’évaluation en ligne. Aussi bien au niveau académique qu’au niveau national, le CLEMI se charge d’établir un bilan quantitatif et qualitatif de l’opération. N’oubliez pas de remplir votre évaluation !

    Pour d’autres questions…

    Contactez l’équipe de la Semaine de la presse et des médias dans l’École : semaine.presse@clemi.org ou par téléphone au 01 53 68 71 34/35.